Le contenu transmis par Neurosup

Malgré le succès d'initiatives comme Neurosup, on trouve encore trop souvent aux postes clés de l'Education Nationale, des conservateurs (très conservateurs) qui ont peur du nouvel éclairage qu'apportent les neurosciences sur les possibilités d'apprendre et d'enseigner.

Le contenu transmis par Neurosup

Alors qu'il serait d'ores et déjà possible de transmettre à l'école des connaissances basiques et consensuelles sur le cerveau, de surcroît adaptables à tout âge, le positionnement de ces conservateurs est celui du blocage de toute tentative d'arriver à ce résultat.

Le contenu transmis par Neurosup

Que l'on appelle cela "réflexe d'auto-défense", "peur de perdre son poste", "confusion entre connaissance sur le cerveau et secte" (!), "mépris pour ceux qui n'ont pas été cooptés" (car il y a un fort taux de consanguinité ...), ou autres, l'attitude est tranchante et il y a grand risque pour celui dont la tête dépasse ...

Le contenu transmis par Neurosup

Je connais bien le milieu et vous en parle en connaissance de cause ...

Le contenu transmis par Neurosup

Pour un "décisionnaire ayant du pouvoir" convaincu et visionnaire (car il y en a aussi), il y a dans l'Education Nationale, 10 de ses collègues farouchement opposés et sclérosés.

Le contenu transmis par Neurosup

Résultat : nous perdons du temps pour mettre fin à la dégradation de l'école française qui va vraiment mal, comme tout le monde le sait et s'en aperçoit.

Le contenu transmis par Neurosup

Si vous aussi,  vous trouvez absurde de perdre tout ce temps, qui se matérialise par des centaines de milliers d'élèves dont on gâche la possibilité de croire en eux et de produire de belles surprises, vous pouvez signer la pétition suivante jusqu'à ce qu'un jour, un "décisionnaire" puisse se dire "ah oui, quand même ..., il y en a beaucoup ... Peut-être que cela vaut le coup d'essayer ...".

Le contenu transmis par Neurosup

Cela deviendra alors une évidence.

Le contenu transmis par Neurosup

Pour lire la pétition, la signer et commenter, cliquer ici