Cliquez sur le rectangle qui vous intéresse ! (ci-dessus ou ci-dessous)

"Mais bon sang ...

Aurais-je une case en moins ?"

15 situations de la vie quotidienne :

Où il vous énerve...

Où il vous agace...

Et où finalement vous vous dîtes :

9. Je connais cette personne mais qui est-ce ?

1. Mais où sont passées mes clés ?

10. Je ne retrouve plus ma voiture

2. Ai-je fermé ma porte à clé ?

11. Je ne me souviens plus de ce que je suis venu faire dans cette pièce

3. J'aurais dû suivre mon intuition ...

4. J'ai le mot sur le bout de la langue

12. J'ai l'impression d'éprouver une sorte de "déjà vu"

5. Je ne me souviens plus de ce que je voulais te dire

6. J'hésite toujours sur l'orthographe de certains mots ...

13. On vient de me donner le code du portail mais ... je dois le répéter sans cesse pour ne pas l'oublier

7. Je ne me souviens plus des dix dernières minutes de ma conduite automobile (...qui conduisait ?!!)

14. J'ai déjà oublié le prénom de cette page que l'on vient de me présenter

8. Je suis reparti de l'hypermarché sans ce que je voulais y acheter ...!

15. Les faux souvenirs

Comment est venue l'idée de ce livre ?

Réaction positive de la télé québecoise

"Je voulais être utile au plus grand nombre ; d'une part en rassurant, d'autre part en donnant des solutions concrètes pour ne plus être dans ces situations (sauf si on les aime  plus que tout, bien entendu !).


Bien initié aux neurosciences, il m'était évident de devoir expliquer pourquoi le cerveau faisait cela et pourquoi il pensait faire bien (quel gros naïf).


Rendre un contenu accessible à tous et de manière pédagogique est la base de ma profession, alors évidemment, on retrouve ce style "démocratique" tout au long de l'ouvrage. Nul besoin d'avoir la moindre connaissance en neurosciences pour le dévorer.


Et puis, pour ceux qui sont déjà initiés aux neurosciences, j'y ai inséré des anecdotes parfois savoureuses !


Voilà,voilà ." Eric GASPAR.

Livre disponible partout. Amazon, La Fnac, Cultura, Leclerc, toutes les librairies et certains Relay H.

Une anecdote de l'auteur ?

1. un indice pour le chapitre 1 ?

Quand on regarde quelque chose, le cerveau prend des photos de tout ce qu'il voit. Mais il passe tellement vite d'une photo à une autre, que la partie de lui-même qui est chargée d'identifier tout ce qu'il  a dessus n'a pas le temps de le faire ! Du coup, il nous arrive souvent de retrouver ses clés là où on les avait déjà cherchées ...

"Avant de faire les recherches sur ce chapitre, j'ignorais cela. Je sentais bien que mes yeux sautaient d'une cible à  l'autre à grande vitesse, comme du pop corn qui bondit partout, mais je mettais cela sur le compte du stress. Maintenant que j'ai la solution, c'est un vrai plaisir pour moi de chercher mes clés et de les retrouver deux fois plus vite qu'avant ! C'en est presque jouissif ...!"

Une anecdote de l'auteur ?

2. un indice pour le chapitre 2 ?

Dès qu'un geste est automatisé (comme le fait de fermer une porte), il passe dans la mémoire procédurale qui n'accorde pas de date au geste fait. Ainsi, impossible de savoir si notre souvenir d'avoir fermé la porte date d'hier ou d'aujourd'hui ... Sauf si on lui accroche quelque chose d'inhabituel .. ;) D'où les astuces décrites dans le livre.

"Pendant des mois (l'écriture du livre a duré 9 mois), je ne faisais que tomber sur de la littérature où la mémoire procédurale était reliée uniquement à des gestes physiques (le plus connu étant "faire du vélo") puis j'ai enfin découvert en tombant sur des recherches plus poussées, que cela concernait aussi les "gestes intellectuels" (comme lire, ou résoudre une équation - pour les fans de ce dernier genre de loisir :))"

Une anecdote de l'auteur ?

3. un indice pour le chapitre 3 ?

"quelle belle explication" me disais-je en écrivant ce chapitre ... mais quelque chose me gênait, tant pour moi, que pour l'éthique envers les lecteurs : doit-on pour autant toujours suivre son intuition ? Je me souvenais d'un grand nombre de contre-exemples où j'avais bien fait de réfléchir au-delà de ma seule intuition ... car sinon je n'aurais pas fait le bon choix. Et qu'il en était forcément de même pour les lecteurs. Alors que faire ? Supprimer le chapitre ? Eh bien non, car j'ai pu découvrir "le pot aux roses" ! L'intuition est polluée par les émotions que l'on peut ressentir sur le moment. Du coup, elles peuvent fausser la première analyse "neutre" proposée. Voilà pourquoi parfois on ne regrette pas de ne pas l'avoir suivie... Re-ouf !"

Ce qu'on entend par "intuition" est une analyse très rapide de la situation et très performante, utilisée par un système du cerveau qui à ce moment là est neutre. Mais une fois notre intuition parvenue à notre conscience, le même système commence à envisager d'autres hypothèses, à mettre en doute, etc. Car en voulant vérifier, il complexifie la situation et du coup, il nous fait renoncer à notre choix premier.

Une anecdote de l'auteur ?

4. un indice pour le chapitre 4 ?

"sur l'instant, je m'étais dit : mais pourquoi cela arrive-t-il le plus souvent avec des noms propres plutôt qu'avec un nom commun (d'après les recherches) ? Il me semblait que le mot sur le bout de la langue devrait survenir plus souvent dans ce dernier cas, puisque nous avions tous beaucoup de synonymes du mot cherché, au contraire des noms propres". Et puis j'ai fini par trouver l'explication ... page 58 ;)"

J'ai le mot sur le bout de la langue ...

Quelle impression étrange de savoir intimement de quoi on veut exactement parler sans arriver à en prononcer le son ...!

Eh bien parce qu'un mot est triplement codé par le cerveau et que dans ces situations de "mot sur le bout de la langue", on a accès au codage de la signification mais pas à celui du son. Tout simplement.

5. un indice pour le chapitre 5 ?

Une anecdote de l'auteur ?

Mais oui, ne vous inquiétez pas, vous n' avez pas de problème de mémoire. Ne vous inquiétez pas non plus sur l'éventuel faible intérêt que vous portez à la personne à qui vous vous adressez :)

En fait, non seulement notre attention est limitée mais en plus, elle peut être facilement captée par n'importe quoi (un oiseau qui passe, etc.). Vous perdez alors le fil de votre conversation. Ce qui  ne sera pas le cas si le thème que vous abordez est chargé d'émotions (accident de votre enfant par exemple).

"dans cet ouvrage, mon intention n'était pas uniquement de donner des explications neuroscientifiques à tous ces petits bugs de notre quotidien qui nous font parfois nous demander "qui est à bord" ! Je souhaitais également apporter des solutions faciles à mettre en oeuvre, dès un chapitre fini, et bien entendu cohérentes avec les explications précédentes. S'est alors pour moi posée la question : comment échapper le plus possible à la captation involontaire de notre attention puisque par définition elle est involontaire ...ouille (ou aie !) ! Encore un écueil qui pourrait faire disparaître un thème intéressant... :( Jusqu'à ce que je découvre que 80 % des informations captées par notre cerveau étaient de nature visuelle. Il suffisait donc de trouver une astuce visuelle pour se couper le plus possible de ce qui pouvait nous piéger..."

6. un indice pour le chapitre 6 ?

Une anecdote de l'auteur ?

"ce qui me fascinait dans ce thème, c'était que comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, nous adoptions nous aussi des stratégies neuroscientifiques sans le savoir. Mais sans en connaître la raison. Ce fut alors un vrai plaisir pour moi de permettre au lecteur de décrypter ce phénomène et d'en dévoiler les raisons. D'autant que pour les parents qui deviendraient conscients de tous ces rouages, ils pourraient en parler à leurs enfants scolarisés, pour que ceux-ci reprennent immédiatement confiance en eux (car c'est le fonctionnement normal du cerveau) et se créent des fiches alliant la première pensée réflexe (souvent fausse) avec la bonne réponse écrite à côté. Et apprendre cette fiche !"

Nous avons tous 3 ou 4 mots (pour les plus chanceux !) sur lesquels nous butons depuis des décennies. Nous en avons pris notre parti. Cela ne signifie pas pour autant que nous allons nous tromper sur l'orthographe, une fois le mot écrit, mais qu'il nous faut quand même un petit instant de pause pour penser à une astuce mnémotechnique (que nous avons souvent créée nous-mêmes).

7. un indice pour le chapitre 7 ?

Une anecdote de l'auteur ?

"Qui a conduit ? Pourquoi je ne m'en rappelle pas ? Comment se fait-il que je n'ai pas eu d'accident ?" Personnellement, pendant 20 ans, j'empruntais la même autoroute peu fréquentée pour aller de mon domicile à mon lieu de travail (ou inversement) et ce phénomène (et les questions qui vont avec) m'assaillait plus d'une fois par semaine. Je m'en sentais à chaque fois plus effrayé que fier ! Persuadé que je n'étais pas assez volontairement concentré sur ma route et qu'un jour, je finirai par avoir un accident. Aussi, à l'écriture du livre, je me suis dit que ce moment presque "hors du temps" méritait de perdre son mystère ... Et que je me rendrais service autant qu'aux lecteurs en sachant d'où cela provenait ..."

Vous pensez que quelqu'un a pris possession de votre esprit pendant que vous conduisiez ?! Et que c'est pour cela que vous ne vous en souvenez plus ? Hélas non ! ;) Certes, cela aurait été plus magique, plus sexy ,comme explication mais vous avez "tout simplement" comme nous tous, un réseau par défaut qui s'active pour faire des actes ultra-familiers lorsqu'il sait que la probabilité de rencontrer quelque chose est très, très faible. Et comme toute chose automatisée, pas de souvenir conscient. Mais heureusement, comme la nature est bien faite, dès qu'il y aura danger, il passera la main à un autre système plus adéquat...

8. un indice pour le chapitre 8 ?

Une anecdote de l'auteur ?

"un hypermarché se trouve seulement à 5 minutes à pied de mon domicile. Eh bien, malgré ces conditions favorables pour faire demi-tour en cas d'oubli, j'étais irrité à chaque fois de devoir le faire. Et bien entendu, lorsque je revenais en voiture d''un lieu plus éloigné, l'agacement était encore plus prononcé ! :) Devoir laver le sol de son appartement avant d'y recevoir des amis mais ne revenant des commerces qu'avec les victuailles du repas prévu, c'était un peu espérer pouvoir "mettre la charrue avant les boeufs" ". Et quand j'oubliais de passer à la pharmacie ..., n'en parlons pas ; ". Alors : allez hop, convocation du FBI pour mener l'enquête".

Notre cerveau possède une mémoire pour ce qu'il s'est déjà passé (dite rétrospective) et une mémoire (dite prospective) pour ce que nous voulons faire dans le futur. Mais le cerveau est bien plus à l'aise avec la première qu'avec la deuxième car elle possède ... des indices récupérateurs. Des composantes de la situation que vous avez déjà vécue, et qui vous permettent de retrouver toute la situation et en particulier le détail dont vous cherchez à vous souvenir ...

Contrairement au futur, que par définition, vous n'avez pas encore vécu ... Argh ...

Une anecdote de l'auteur ?

9. un indice pour le chapitre 9 ?

"tous ces exemples m'apparaissaient très logiques et faciles à comprendre. Même un peu trop pour un livre si j'en restais là. Quand tout à coup je tombe sur Brad Pitt (pas en vrai, dans un article !). Et là je découvre qu'il ne reconnaît pas du tout les visages, comme 2,5% de la population mondiale. Il est atteint de prosopagnosie. Et qu'en fait, chacun d'entre nous l'est mais à des degrés parfois infimes (donc indétectables), parfois signifiants (où l'on s'en rend compte soi-même, souvent avec certaines personnes croisées peu de fois). Alors là, je me suis dit que je tenais quelque chose d'encore un peu plus déstabilisant ..."

Pourquoi reconnait-on plus vite son pharmacien dans sa pharmacie plutôt que lorsqu'on le rencontre à la plage ? Car le cerveau enregistre chaque nouvelle information avec son contexte. Et pour lui, il n'y a pas de pharmacien sur une plage !

Mais le cerveau est également influencé par la probabilité que vous rencontriez quelqu'un de précis (de par ses goûts par exemple ...) : vous aimez tel groupe de musique ? Alors vous ne serez pas très surpris d'y voir Alain, un collègue dont vous savez qu'il aime également ce groupe, même s'il  ne vous a pas dit qu'il irait à ce concert ...

Une anecdote de l'auteur ?

10. un indice pour le chapitre 10 ?

Ah, ah, ah ! On se croyait malin en se disant que l'on avait garé sa voiture tout près d'une belle Audi TT bien rouge vif ... et que l'on retrouverait donc la sienne très facilement, en ressortant de l'hypermarché. Oui mais voilà ... en revenant de vos courses ... l'Audi TT n'est plus là et à sa place il y a ... des centaines de voitures ! Dans le chapitre 9, on se moquait de Brad Pitt (le pauvre) atteint de prosopagnosie mais c'est à notre tour de ne plus savoir repérer notre voiture au milieu de tant d'autres ... Alors on fait comment maintenant ? Hein ? :) Heureusement, il y a de nombreuses astuces ...

"Bon je l'avoue, ma voiture est une Renault Clio assez ancienne donc de longueur et de hauteur très petites ... non seulement par rapport aux nouvelles Clios mais encore plus par rapport aux nouveaux gabarits des voitures de notre époque (les SUV, les familiales, etc.)". J'enrage de ne même pas pouvoir apercevoir l'arrière de mon coffre de loin, tellement ma voiture est invisible dans ce parking, coincée entre deux voitures de 2018 ! Cette Clio vous la connaissez : vous savez, c'est celle qui vous fait croire qu'il y a une place libre jusqu'à ce que vous vous rendiez compte en vous approchant que non ! Il s'agit juste d'une voiture déjà garée mais si petite qu'on ne la voyait pas ! Argh ... C'est énervant n'est-ce pas. Pour moi aussi ... Alors cela valait bien un chapitre... Au moins pour exorciser ma douleur ;)"

Une anecdote de l'auteur ?

11. un indice pour le chapitre 11 ?

"Moi cela ne m'est jamais arrivé ... ! Me croyez-vous quand je dis cela ? Non, bien entendu ! Ce regard de chien perdu que l'on a dans la nouvelle pièce cherchant désespérément ... ben justement, on ne sait pas quoi ... Qui ne l'a jamais vécu ? Souvent mis sur le compte de la fatigue (cela joue aussi, il est vrai), le phénomène est plus subtil. Et c'est quand j'ai découvert pourquoi ce phénomène de retour en arrière fonctionnait, que j'ai également compris pourquoi nous n'avions pas besoin d' y retourner deux fois ! ça fait du bien d'écrire un livre ..."

Oh, votre appartement n'a pas besoin d'être très grand pour que cela vous arrive ... :) Vous quittez une pièce pour aller dans une autre et entre-temps vous avez oublié ce que vous étiez venu y faire. Allez hop, sans qu'on l'ait appris à l'école, on sait que l'une des stratégies consiste à retourner dans la première pièce et là on se rappelle de ce qu'on allait faire dans la deuxième. Et donc on y repart ... :) Ah, si on avait fixé notre attention sur un détail de la première pièce, de la première situation, donc sur un indice récupérateur, avant de sortir de notre première pièce, tout cela ne serait pas arrivé ... :)

Une anecdote de l'auteur ?

12. un indice pour le chapitre 12 ?

De la réincarnation à la simple reconnaissance de points communs entre deux situations, tout est en théorie défendable dans l'inconscient collectif. Si l'on veut ne s'entourer que de certitudes, on pourra (comme le fait le livre) relever que le cerveau dévoile une partie de lui destinée à reconnaître ce qui est lui familier et une autre, destinée à reconnaître la nouveauté. Quand les deux ne sont pas d'accord ("mais tu l'as déjà vécu ! VS Mais non, tu vois bien qu'il y a une différence"), on éprouve déjà une sensation  de déjà-vu où tout le monde peut s'y retrouver. Sachant qu'il y a plusieurs types de déjà-vu et que la recherche n'a pas encore tout découvert, tous les rêves sont encore possibles.

"Aïe terrain glissant ...Thème où il est possible de dire tout et n'importe quoi. Car soit je parlais de tout ce qui était "autres vies antérieures" et je faisais plaisir aux lecteurs pour lesquels c'est une évidence, mais je m'attirais les foudres des neuroscientifiques, soit j'optais pour le contraire et bien entendu, j'obtenais l'adhésion contraire du lecteur. Bref, j'allais perdre le plaisir de lecteurs avec tout ça ! :( Restait la possibilité de ne pas en parler du tout ... Mais le sujet est tellement tentant et tellement fréquent dans nos vies, que j'ai très vite abandonné cette option ... ".

Une anecdote de l'auteur ?

13. un indice pour le chapitre 13 ?

"ça y est, encore une sensation proche de la sorcellerie ! ;) Cette impression que l'information est dotée d'une volonté ; celle de partir le plus vite  de notre cerveau. Accompagnée par nos efforts quasi désespérés pour la retenir. Là encore qui dit "grosse sensation de déstabilisation" dit "gros risque de dire tout et n'importe quoi". Heureusement, contrairement, au "déjà-vu", la science a repéré la boucle phonologique depuis près de 40 ans ... Ouf ! J'étais beaucoup plus détendu sur ce point là ... :)".

La boucle phonologique : une sympathique partie de notre mémoire de travail qui a le bon goût d'accepter de retenir éternellement ce qu'on lui donne, y compris si on lui donne toujours la même chose : elle ne s'en lasse pas ! Mais quelle maligne : elle ne garde l'information que durant deux secondes. Au delà, elle vide son contenu et le réactualise, comme une page internet. D'où cette sensation de fuite perpétuelle de l'information en question.

14. un indice pour le chapitre 14 ?

Une anecdote de l'auteur ?

Sauf si on a décidé le contraire avant la présentation des personnes, le cerveau va s'attacher en premier à savoir si ces personnes nous veulent du bien ou pas, si elles nous ressemblent ou pas. Repérer les potentiels "ennemis" est une réminiscence de l'évolution où il fallait échapper aux prédateurs en les reconnaissant vite. Même si ici, il ne s'agit que d'une présentation sans présence de "tigres" (au sens strict du terme ...). Du coup, le temps que notre cerveau intègre ces informations et focalise son attention sur cela, le prénom ou le poste professionnel qu'occupent ces personnes dans la vie, passent au second plan et sont plus sujets à l'oubli. L'émotion d'abord ...

"moi aussi, je suis sensible aux émotions avant tout, alors j'ai beau connaître les astuces pour mémoriser les prénoms, si ce n'est pas mon objectif, je me construis moi-même un obstacle. On a beau être auteur, on n'en est pas moins humain. Si, si ... Il faut donc que je travaille encore cette compétence de mémorisation des personnes présentées ! Mais bon, j'ai mon livre sous la main donc je peux m'y plonger quand je veux :) ".

Une anecdote de l'auteur ?

15. un indice pour le chapitre 15 ?

"sans doute le chapitre qui me fascinait le plus lors de son écriture et qui a encore à l'heure actuelle (et jusqu'à la fin de ma vie) les plus grandes répercussions dans ma vie personnelle. En effet, désormais, je ne jure plus que ce que je dis est vrai, j'admets très rapidement que cela peut être un faux souvenir. Bien sûr, il y a un peu de nostalgie et de déception romantique qui s'en va avec cette découverte, mais aussi l'apparition d'une grande leçon d'humilité sur la vie et des discussions avec tensions qui se sont considérablement raccourcies. Soit dans le cadre d'un couple, soit dans celui de cohabitations avec des collègues ou des amis. Et cela n'a pas de prix."

Le cerveau est d'accord avec tout ce qui lui paraît compatible avec ce qu'il sait déjà. On le sent déjà instinctivement à l'école, ou lors de conversations avec d'autres personnes. Mais c'est aussi comme cela que naissent les rumeurs, parfois dévastatrices. De la même manière que l'on dit souvent qu'un bon mensonge est par définition crédible, le cerveau ne cherche pas longtemps à mettre en doute quelque chose qui lui plait et lui paraît possible ! ;) Alors oui, dans nos souvenirs, il y a du vrai et du faux. parfois suggérés par d'autres, parfois par nous-mêmes, inconsciemment. Comme le décrit précisément le dernier chapitre de ce décidément très beau livre ! ;)