15 juillet 2024

Selon la dernière étude, le taux d'échec d'un nouvel arrivant en première année universitaire (toutes filières confondues) est une nouvelle fois proche des 50% ...!)

Une étude de la Sorbonne rappelle, dans ce petit livret, les bases qu'il faut déjà posséder dans sa relation à l'apprentissage, lorsqu'on entre à l'université.  Pour télécharger l'étude, cliquez sur l'image.



16 juillet 2024

Lors des études portant sur les raisons de l'échec des étudiants, on trouve actuellement souvent des causes qui sont parfois les causes, parfois les conséquences de cet échec.

Soulignons que la trame commune de ces points (résumés) ci-dessous sont rarement ce qu'ont détecté (ou pu détecter) les enseignants.


17 juillet 2024

Il faut "fouiner" un  peu plus parmi les ouvrages et enquêtes, pour avoir accès à ce que les enseignants perçoivent comme difficultés directement liées à l'apprentissage universitaire :

Ce que l'on appelle de manière générique : la rigueur du raisonnement et sa logique.

N.B. lors des séances je propose un travail sur ces points et tout ce qui touche directement l'apprentissage (pas sur ce qui figure sur le schéma du 16 juillet.

Certaines dépendent de la filière universitaire qui a été choisie ...

Sciences exactes (mathématiques, physique, chimie)

  • Abstraction: Les concepts sont souvent très abstraits et éloignés de la réalité concrète.
  • Formalisme: Le raisonnement est rigoureux et exige une maîtrise des formalismes mathématiques.
  • Résolution de problèmes: Les exercices nécessitent souvent une démarche méthodique et une bonne compréhension des concepts.
  • Transition lycée-université: Le niveau d'exigence augmente considérablement, passant d'une approche plus intuitive à une approche plus démonstrative.

Sciences humaines et sociales (histoire, géographie, philosophie, psychologie)

  • Complexité des objets d'étude: Les phénomènes étudiés sont souvent multifactoriels et difficiles à cerner.
  • Pluralité des interprétations: Il n'existe pas toujours de réponse unique et définitive, ce qui peut déstabiliser les étudiants habitués à des vérités absolues.
  • Méthodologie: Les méthodes de recherche sont variées et demandent une bonne compréhension des différents outils d'analyse.
  • Expression écrite: La rédaction d'essais et de dissertations exige une grande rigueur méthodologique et une capacité à construire un argumentaire solide.

Langues

  • Barrière linguistique: La maîtrise de la langue étrangère est indispensable pour accéder aux contenus et participer aux échanges.
  • Méthodologie: Les méthodes d'apprentissage des langues ont évolué, et les étudiants doivent s'adapter à de nouvelles approches.
  • Expression orale: La prise de parole en public peut être source d'anxiété pour certains étudiants.

Sciences de la vie

  • Volume de connaissances: Les programmes sont souvent très denses, et les étudiants doivent assimiler un grand nombre de concepts en peu de temps.
  • Méthodologie expérimentale: La réalisation d'expériences nécessite une grande rigueur et une bonne compréhension des protocoles.
  • Bioéthique: Les questions éthiques liées aux avancées scientifiques soulèvent des débats complexes.

Les causes de ces difficultés

  • Transition lycée-université: Le passage du lycée à l'université est marqué par une plus grande autonomie, une charge de travail plus importante et des méthodes d'enseignement différentes.
  • Manque de préparation: Certains étudiants peuvent ne pas avoir les prérequis nécessaires pour aborder certaines matières.
  • Difficultés méthodologiques: Les étudiants peuvent avoir du mal à s'adapter aux nouvelles méthodes de travail exigées à l'université.
  • Facteurs personnels: Le stress, l'anxiété ou des problèmes personnels peuvent également impacter la réussite des étudiants.

Mais il y a un point commun : les erreurs de raisonnement !

Voici les problèmes de raisonnement qui ont été le plis observés chez les étudiants de première année universitaire (toutes filières confondues) :

  1. Difficulté à analyser et interpréter correctement les informations présentées dans un texte ou un problème donné.
  2. Tendance à faire des généralisations hâtives ou à tirer des conclusions trop rapidement sans avoir examiné toutes les données pertinentes.
  3. Manque de compétences en lecture critique, ce qui peut entraîner une compréhension inexacte des concepts et des théories enseignés.
  4. Propension à utiliser des raccourcis cognitifs ou à suivre des schémas de pensée rigides sans explorer toutes les options disponibles.
  5. Incapacité à identifier et à corriger les erreurs logiques ou les failles dans leur raisonnement.
  6. Absence de réflexion métacognitive pour évaluer et améliorer leur propre processus de pensée.
  7. Difficulté à formuler des arguments logiques et cohérents pour appuyer leurs opinions ou leurs idées.

Ces problèmes de raisonnement peuvent avoir un impact sur la réussite académique des étudiants en première année universitaire, car ils peuvent les empêcher de bien comprendre et d'assimiler les concepts clés de leurs cours. Il est donc important de développer des compétences en pensée critique et en raisonnement logique dès le début du parcours universitaire afin de favoriser la réussite académique et professionnelle.


18 juillet 2024

Premier exemple : dans un texte (ou une situation décrite), vous devez toujours faire le bilan de toutes les possibilités que donne explicitement ce texte ET sans oublier les cas qu'ils sous-entend. Si vous ne possédez pas de stratégie de décompte, vous allez en trouver moins qu'il y en a ou ne plus savoir si vous l'avez déjà compté ou pas ...

Cas très simple pour vous en convaincre

Comptez le nombre de triangles qu'il y a dans cette figure (sans tracer des traits supplémentaires).

Cliquez ici pour voir la figure.

Voici la solution :

En tout il y a 35.

1.alors vous avez trouvé le bon total des triangles ?

2. et parmi vous, qui a adopté une stratégie pour ne rien oublier, ni compter deux fois le même triangle ?

N.B. je ne vous donne pas la mienne, sinon vous ne viendrez jamais me voir ;)